Plateau "Topographie - Géomatique - Imagerie et 3D"


Responsables : François BALEUX et Carine CALASTRENC

Présentation
Avec des outils de télédétection (satellites ou drones), de topographie, d'analyses spatiales, de 3D et de géophysique, utilisables par et pour des archéologues, le plateau TIG-3D apporte, à toutes les phases de la recherche (du diagnostic à la fouille jusqu'à la valorisation et la conservation numérique des données), un support à l'acquisition et au traitement de l'information archéologique spatialisée. Au sein du laboratoire, le plateau TIG-3D dispose d'un espace de stockage des instruments, d'une salle photo avec le matériel associé et d'une salle informatique ouverte à l'ensemble des membres. Cette salle sert également à différentes formations, internes et externes, qui sont organisées et animées par les responsables du plateau.
 
Relevé magnétomètre Escatalens Tarn © Calastrenc

Pourquoi un espace dédié et quelle utilisation en archéologie :
Le plateau TIG-3D fournit de nouveaux supports, de nouveaux cadres d'acquisition et d'analyses de l'information archéologique, multi-sources et multi-échelles (de l'objet jusqu'au terroir).
L'utilisation toujours plus importante des nouvelles technologies en archéologie -telles que les drones équipés de divers capteurs (multispectral, lidar, photographie THRS), les scanners 3D, le géoradar ou la photogrammétrie- permet d'élargir le champ de perception et les possibilités d'analyse. Ces appareillages interviennent dans les programmes de recherche du laboratoire, soit de façon ponctuelle (tel que le scan 3D d'un abri ou la photogrammétrie d'un objet archéologique), soit de façon conjuguée, comme l'étude des dynamiques du paysage et du peuplement via une approche multi-sources.

Les membres de ce plateau interviennent, en France et à l'étranger, dans différents programmes de recherche portés par des chercheurs du laboratoire Traces, mais également dans le cadre de programmes supportés par d'autres laboratoires, comme le laboratoire Géode UMR 5602 (Toulouse) ou le laboratoire Archéorient UMR 5133 (Lyon), et pour des organismes et entreprises de l'archéologie préventive sous forme de collaborations ou de prestations de service. Depuis 2016, 27 opérations ont été réalisées : 12 relevés lidar par drone en France, en Espagne et en Roumanie, 3 en multispectral par drone et satellite en Egypte et en France, 2 acquisitions thermiques en France et en Italie, 8 opérations au géoradar en France, 1 étude en magnétométrie et 7 relevés topographiques sur des sites français, espagnol et émirati.
 
Relevé 3D en grotte de Trabuc © Calastrenc


Quelle évolution
:
Le plateau TIG-3D dispose d'un ensemble d'instruments qu'il faut entretenir et maintenir à niveau. Cela demande des ressources financières importantes, mais également du temps et des moyens humains. 
Les responsables de ce plateau ont mis en place une veille technologique sur l'ensemble de ces champs de compétences avec comme objectif la recherche de la performance et de l'adéquation aux orientations de recherche du laboratoire. Ainsi, les membres de ce plateau sont impliqués dans des réseaux de chercheurs tels que le Réseau ISA ou Mate-SHS, deux réseaux métiers qui travaillent sur la production, le traitement, l'analyse et la représentation de l'information et d'institutions tels que le GIS Micro-drones qui vise à fédérer les différents acteurs publics et privés de la recherche dans le domaine des Micro-drones. 
Un défi important du plateau réside dans la diffusions des savoir-faire au sein du laboratoire, mais aussi à l’extérieur, avec comme objectif la promotion de bonnes pratiques, la "démocratisation" des outils et des chaines de traitement.

 

Survol Lidar Baiut © Calastrenc