Travaux et Recherches Archéologiques
sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
UMR 5608 T.R.A.C.E.S

Accueil TRACES > Equipes et pôles de recherche > SMP3C

Marseillon, commune de Banos, Landes

Fouilles programmées d'un site de plein air des débuts du Solutréen

TRACES_Axe-1_Operation_Marseillon_Photo-Plan.JPGMots-clés : Chalosse, Paléolithique supérieur, Protosolutréen, Solutréen, pointes de Vale Comprido, technologie lithique

Responsables :
Caroline Renard (UMR 7055-Préhistoire et Technologie) et Nicolas Teyssandier (UMR 5608-TRACES)

Participants et membres de l'équipe scientifique :
Farid Sellami (INRAP), Philippe Gardère (INRAP et UMR 5608-TRACES), Christian Normand (SRA Aquitaine et UMR 5608-TRACES)

Campagnes et missions

Campagne de terrain :
Prospections thématiques en mai 2006
Sondages en avril 2007
Fouilles programmées en juillet 2007, 2008, 2009

Financement :
Ministère de la Culture (Service Régional de l'Archéologie en Aquitaine) et Conseil Général des Landes

Rapport d'activités

TRACES_Axe-1_Operation_Marseillon_Nucl-LF119.JPGLe site de Marseillon à Banos (Landes) est localisé sur le flanc septentrional de l'anticlinal d'Audignon, en bordure du cours du Gabas et à sa confluence avec le ruisseau du Laudon. Le site a été découvert fortuitement par P. Laffitte, géomètre-topographe et archéologue amateur puis a fait l'objet d'une campagne de prospections thématiques en 2006 aboutissant à la mise en place de sondages en 2007 et à la reconnaissance d'un niveau archéologique relativement bien conservé, en cours de fouille depuis l'été 2007.


TRACES_Axe-1_Operation_Marseillon_Carre-E8.JPGL'unique niveau archéologique, épais d'une vingtaine de cm environ, se situe pour l'essentiel dans la partie supérieure d'un ensemble alluvial caractérisé par sa concentration en graviers et galets. L'industrie lithique, très abondante, est clairement associée à des organisations lenticulaires de galets de quartzite fossilisées avant l'occupation du gisement et la mise en place des dépôts archéologiques. Hélas, l'acidité des sédiments ne permet pas la préservation des matériaux organique et seuls les vestiges lithiques sont conservés.

TRACES_Axe-1_Operation_Marseillon_PAFP.JPG




L'intérêt principal de cette opération est de documenter une phase du Paléolithique supérieur encore quasiment inédite dans le Sud-Ouest français. L'industrie lithique se caractérise par la présence de pointes de Vale Comprido associées à un schéma opératoire destiné à obtenir des supports convergents par percussion directe à la pierre. Parallèlement, des lames et de nombreuses lamelles principalement obtenues à partir de nucléus carénés coexistent. Attribué au Protosolutréen tel qu'il a été initialement défini à partir des séquences portuguaises, le site de Marseillon comble une lacune géographique entre l'aire de définition originelle de ce Protosolutréen et le bassin aquitain où de telles industries ont été mentionnées en Périgord, dans les abris de Laugerie-Haute et de Casserole.




Le site de Marseillon rTRACES_Axe-1_Operation_Marseillon_Outillage-lithique.JPGenouvelle donc nos connaissances sur la mise en place du Solutréen, techno-complexe prenant place entre 21 000 et 19 000 BP et consacrant dans nos représentations l' « âge d'or » de la pierre taillée, fait d'innovations techniques  telles que le développement de la retouche par pression ou le traitement thermique des silex afin d'en améliorer l'aptitude à la taille. Ces transformations des systèmes lithiques et la particularité des outillages lithiques solutréens ont le plus souvent donné lieu à des hypothèses diffusionnistes, voyant au travers du Solutréen l'arrivée de nouvelles populations porteuses de traditions techniques originales dans le Sud-Ouest européen. La filiation désormais bien établie sur des bases typo-techologiques entre le Protosolutréen à pointes de Vale Comprido et le Solutréen ancien classique à pointes à face plane montre que l'originalité du système technique Solutréen n'est pas nécessairement associée à des cultures allochtones mais peut s'expliquer par une évolution locale depuis un substrat Gravettien, incluant des évolutions techniques et socio-économiques au contexte climatique particulièrement rigoureux du Dernier Maximum Glaciaire.
 

Publications

Teyssandier N., Renard C., Bon F., Deschamps M., Gardère P., Lafitte P., Normand C., Tarriño A. 2006 - Premières données sur le site de Marseillon (Banos, Landes). Un nouveau gisement Solutréen de plein air en Chalosse. Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, 25, p. 105-120.

Renard, C., & Teyssandier, N. sous presse. Entre Portugal et Périgord, un nouveau jalon du Protosolutréen à pointes de Vale Comprido en Chalosse : le site de plein air de Marseillon (Banos, Landes). In Almeida, M., & Aubry, T. (éds), Le Solutréen, 40 ans après Smith 1966 (actes du colloque international de Preuilly-sur-Claise, 28-31 octobre 2007).

Renard C. 2008 - Les premières expressions du Solutréen dans le Sud-Ouest français. Evolution techno-économique des équipements lithiques au cours du Dernier Maximum Glaciaire. Thèse de doctorat, Université Paris X-Nanterre, 448 p., 139 fig., 40 tabl.

Vous avez déjà effectué des fouilles ?

Si vous souhaitez participer à la prochaine campagne de fouilles qui devrait avoir lieu en Juillet 2010, merci de contacter Caroline Renard ou Nicolas Teyssandier
 


 

 

 

Logo Sciences en marche

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page