Travaux et Recherches Archéologiques
sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
UMR 5608 T.R.A.C.E.S

Accueil TRACES > Equipes et pôles de recherche > Histoire et Archéologie du Métal

Les mines d’or et d’argent romaines d’Alburnus Maior (Rosia Montana, Roumanie)

  • Responsable
- Béatrice Cauuet, CR1 - CNRS, TRACES, Toulouse

  • Institutions partenaires
- Musée National d'Histoire de la Roumanie - MNRI, Bucarest, Roumanie
- Université Babes Bolyai, Cluj-Napoca, Roumanie

  • Collaborateurs
- Bruno Ancel, Attaché de Conservation, Service Culturel, L'Argentière- la-Bessée - 05
- Calin Tamas, Maître de Conférence, Université Babes Bolyai, Cluj, Roumanie / Université Fribourg, Suisse
- Sandrine Baron, CR1 - CNRS, TRACES, Toulouse
- Antoine Constans, Infographiste
- Matthieu Boussicault, Chercheur associé, TRACES, Toulouse
- Mélanie Mairecolas, Chercheur associé, TRACES, Toulouse
- Gabriel Munteanu, Etudiant en Master 2, UTM, Toulouse
- Christian Vialaron, Chercheur associé, TRACES, Toulouse
- Decebal Vleja, Doctorant, MNRI, Bucarest, Roumanie


Au cœur des monts Apuseni (Nord-Ouest Roumanie, Cf. photo ci-dessous), Rosia Montana, l'antique Alburnus Maior, renferme un des plus riches districts miniers aurifères et argentifères d'Europe. Après vingt siècles d'exploitation quasi continue, les réserves seraient encore de 300t d'or. Elles sont convoitées par un vaste projet minier canadien qui implique la destruction d'une partie des massifs minéralisés entourant l'agglomération, comme Cetate et Cârnic. Des controverses sont apparues en liaison avec ce projet minier et son volet archéologique, mais cependant des travaux de recherche majeurs ont été faits grâce aux subventions de l'aménageur, la Société Rosia Montana Gold Corporation, accordées dans le cadre de fouilles préventives.

Rosia_Montana__Roumanie_massifs_Carnic_et_Cetate

En effet depuis 1999, une mission française du Laboratoire TRACES, associée à des archéologues et des géologues roumains est dévolue à l'archéologie minière préventive à Rosia Montana. Menée au sein du programme national roumain « Alburnus Maior » de 2001 à 2007, cette mission permet une recherche interdisciplinaire alliant archéologie et géologie. Des prospections d'ensemble, une topographie détaillée des travaux antiques, des fouilles et des études géologiques ont été menées en surface et en souterrain dans différents périmètres miniers, comme à Cetate, Cârnic, Cârnicel, Tarina, Orlea, Paru-Carpeni, Jig, Vaidoaia et Cos.

Les terrains concernés par le projet renferment d'importants vestiges archéologiques datant principalement de l'époque romaine (IIe-IIIe s. de notre ère) avec des secteurs supposés pré-romains et quelques travaux post- médiévaux (XVIe s.). Des études géologiques spécifiques du gisement, comme celles relatives au type de roche, aux altérations hydrothermales, aux dimensions, à la morphologie et à la minéralogie des corps de minerais, apportent des informations significatives pour la compréhension des travaux miniers anciens. Dans le cadre des prescriptions, le projet minier a dû prendre en charge les fouilles avant d'éventuelles destructions. Après neuf années d'études de terrain, nous pouvons dresser un premier bilan sur l'ampleur, la qualité et les caractéristiques des vestiges miniers romains (environ 5km d'ouvrages antiques recensés).

Rosia_Montana__Carnic_Galerie_en_3DDe 2000 à 2006, l'étude a porté pour partie sur le massif de Cetate (2001), très démantelé par les travaux miniers du XXe s., mais principalement sur celui de Cârnic où tous les ouvrages antiques accessibles (près de 3km de travaux souterrains) ont été étudiés avec une restitution virtuelle en 3D, (photo) ainsi que des chantiers exploités à la Renaissance. Un grand ensemble a été cartographié dans le versant sud de Cârnic comprenant 7 réseaux antiques, reliés par galeries et descenderies sur une surface de 13 600m². Dans l'espace minier de Tarina-Orlea, des travaux souterrains antiques munis d'équipements en bois (étayage, échelle) sont en cours d'étude, ils représentent de grands chantiers d'exploitation verticaux, travaillés sous la forme de galeries trapézoïdales juxtaposées sur la hauteur. En 2004, au nord-ouest du site dans le massif de Paru Carpeni, nous avons redécouvert les emplacements de deux systèmes parallèles, mais indépendants, d'exhaure par des séries de roues élévatoires à augets.

Rosia_Montana__Carnic_Descenderie_avec_marchesLes topographies souterraines établies sur les différents secteurs miniers étudiés révèlent les choix stratégiques des mineurs dans la forme standardisée des chantiers (descenderie d'accès, galerie trapézoïdale, descenderie équipée de marches, chantier redressé, chambre sur piliers, rareté des puits), leur étagement sur deux ou trois niveaux d'exploitation et leur liaison par de longues galeries (Cf. photo ci-contre).

Ces choix sont directement associés à un suivi rigoureux des marqueurs de la minéralisation. L'étude des ouvrages souterrains montre que les Anciens ont attaqué l'ensemble des différents corps de minerai (filons, brèches, stockwerk), en privilégiant les zones de croisement. Les mines d'Alburnus Maior constituent un des plus vastes complexes miniers du monde romain et les fouilles menées sur le site, une opération d'archéologie préventive en milieu minier encore rarement entreprise à cette échelle en Europe.









  • Bibliographie
* CAUUET B., ANCEL B ., RICO C., TAMAS C., Ancient mining networks. The French archaeological missions 1999-2001 (Rosia Montana, NW Romania), Alburnus Maior I - Chapter V, Mining Archaeology, P. Damian (éd.), Bucharest, 2003, pp. 465-526 (versions roumaine et anglaise).
* CAUUET B., Apport de l'archéologie minière à l'étude de la mise en concessions des mines romaines aux IIe et IIIe siècles. L'exemple de Vipasca (Aljustrel, Portugal) et d'Alburnus Maior (Rosia Montana, Roumanie), V Mesa Redonda sobre Lusitania Romana : las comunicaciones, J.-G. Gorges, E. Cerrillo et T. Nogales Basarrate (eds), Caceres 7-9 nov. 2002, Caceres, 2004, pp. 33-60.
* CAUUET B., Mines d'or et d'argent antiques de Dacie. Le district d'Alburnus Maior (Rosia Montana, Roumanie), Les Nouvelles de l'Archéologie, Editions Errance, N°100, Paris, 2005, pp. 38-43.
* MANSKE S.L., HEDENQUIST J.W., O'CONNOR G., TAMAS C., CAUUET B., LEARY S., MINUT A., Rosia Montana, Romania, Europe's largest gold deposit, Society of Economic Geologists News Letter, Littleton (USA), 2006, pp. 1, 9-15.
* CAUUET B., Equipements en bois dans les mines d'or protohistoriques et antiques (Gaule et Dacie romaine), Archéologie et paysages des mines anciennes. De la fouille au musée, Dir. M.-C. Bailly-Maitre, C. Jourdain-Annequin, M. Clermont-Joly, Editions Picard, 2008, pp. 57-73.
* TAMAS C.G., CAUUET B., Advances in ancient mining studies from a geological perspective: Rosia Montana case study (Apuseni Mountains, Romania), Studia Universitatis Babe-Bolyai - Geologia 2009 - Special Issue, MAEGS - 16, 2009, pp. 101-105. ISSN 1221-0803
* CAUUET B., L'espace minier romain. Le cas des mines d'or et d'argent d' Alburnus Maior  en Dacie romaine (Rosia Montana, Roumanie). Actas del V Congreso de la Sociedad Española para la Protección del Patrimonio Geológico y Minero. Homenaje a Claude Domergue (sous presse).


 


 

 

 

Logo Sciences en marche

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page