Membre permanent

Philippe BOISSINOT

Directeur d'études à l'EHESS Co-responsable de l'axe de recherches transversal "Épistémologie et historiographie" Chargé de mission pour le pole EHESS de Toulouse

Coordonnées

Adresse
Laboratoire TRACES – UMR 5608 Université Toulouse - Jean Jaurès Maison de la Recherche 5, allée Antonio Machado 31058 TOULOUSE Cedex 9
Tél
05.61.50.40.27
Fax
05.61.50.49.59
Mail
philippe.boissinot@free.fr

Corps

EHESS

Discipline(s)

ARCHEOLOGIE, PHILOSOPHIE

Discipline(s) enseignée(s)

Protohistoire

Épistémologie de l'archéologie

Thèmes de recherche

Sol du IIIème s. avant notre ère, devant l'entrée de la partie centrale et fortifiée de Roquepertuse, avec tête coupée

Mes recherches visent une réflexion générale sur la pratique archéologique, en s’intéressant également à des dossiers concrets, principalement en Protohistoire et dans le domaine agraire. Les approches de l’identité et de l’acculturation sont au centre de mes interrogations, en utilisant de concert les méthodes et les thématiques de l’historiographie et de l’épistémologie.

Activités / CV

 


Après avoir effectué de nombreuses fouilles dans le cadre de l’archéologie préventive (AFAN/INRAP), j’ai enseigné comme chargé de cours à l’Université de Provence (Aix), puis comme maître de conférences à l’Université de Cergy Pontoise, avant d’occuper mon poste actuel à Toulouse (2005). Titulaire d’une maîtrise de Physique théorique (1984), j’ai soutenu un DEA d’Anthropologie (1987) puis une thèse d’Archéologie (1994, EHESS, Toulouse) et, finalement, mon Habilitation à diriger des recherches (2013, Université Paris-1).










Opérations de terrain :


- Site de Roquepertuse (Velaux, 13) : après la fouille de ce supposé sanctuaire, un habitat avec résidence aristocratique en fait, le travail s’oriente vers la publication monographique et pluridisciplinaire des recherches effectuées dans les années 1990. Ces analyses ont été intégrées par ailleurs à l’ANR PRISME (R. Roure dir.) à propos des rites protohistoriques, et visent maintenant la caractérisation génétique et biochimique des restes humains (têtes coupées principalement).


 
- Site de Cordouls (Puylaurens, 81) : fouille d’un éperon barré datant de la transition Bronze/Fer, ayant livré les traces d’une fortification en terre et de structures d’habitat, ainsi que des indices appartenant à des productions  métalliques  du launacien. Avant la reprise des fouilles, pour l'instant interrompues à la demande du propriétaire du site, les  découvertes sont en cours de publication, en relation avec l'étude des nécropoles du Puylaurentais.


- Agglomération protohistorique d'Ensérune : depuis 2017, en collaboration avec L. Izac (conservateur de ce site des "monuments nationaux"), de nouvelles recherches de terrain ont lieu aux abords de la partie connue de ce site. Les prospections pédestres ont livré de nombreux mobiliers, des indices de nouvelles nécropoles, et surtout, les vestiges de plusieurs tronçons de rempart, jamais signalés jusqu'à présent, qui permettent de circonscrire un habitat de très grande taille, 35 ha environ. Un chemin d'accès a été également révélé, auquel un dispositif d'entrée doit être associé (rampe monumentale de blocs). Les fouilles vont se poursuivre dans le quartier méridional, très bien stratifié aux abords de cette voie, et pour la première fois pour ce site, des données très précises vont être obtenues sur les faciès mobiliers et les indices paléoenvironnementaux.


Le rempart méridional d'Ensérune (Hérault). Deuxième âge du Fer.

- Archéologie agraire : ayant largement contribué à la mise en évidence archéologique des vignobles antiques dans le cadre de l’archéologie préventive, je poursuis une recherche documentaire sur la reconnaissance de l’arboriculture pour la période antique (Grèce, Italie, Espagne, France) et sur différents dossiers autour de Marseille où des planifications grecques ont été mises en évidence.




Autres dossiers :


- Historiographie de la Protohistoire méridionale : les recherches  s’organisent autour de la figure de plusieurs archéologues  méridionaux du début du XXème s. (G. Vasseur, I. Gilles, H. de Gérin-Ricard, F. Benoit) et vont faire l’objet de publications régulières dans une nouvelle chronique des Documents d’Archéologie Méridonale.

- Épistémologie de l’archéologie :  ma réflexion concerne  les approches de l’identité en archéologie ainsi que la notion de « fait archéologique » dans sa généralité, en utilisant notamment les ressources de l’ontologie et  de la logique, avec une référence particulière au réalisme externe de J. Searle ; un colloque intitulé "L'Archéologie comme discipline ?", organisé en 2007 et publié en 2011 a constitué l’une des premières étapes de cette approche. Depuis 2006,  d'abord avec J.-P. Albert,  j’organise un séminaire interdisciplinaire (Archéologie, Anthropologie, Histoire) sur ces questions  épistémologiques. Mon HDR, désormais publiée (Boissinot 2015), propose une nouvelle théorie de l'archéologie autour de la notion d'agrégat (ce que l'on appelle maladroitement un "site archéologique"). Cette proposition a fait l'objet de nombreux éclaircissements et précisions, à propos de thèmes qui n'avaient pas été premièrement envisagés (écofacts, déchets, agrgégats chapés, etc.). Un dossier collectif ("Archéologie et sciences sociales") a été publié dans la revue P@lethnologie (2017) à l'issue d'un colloque organisée à l'occasion des 40 ans de l'EHESS à Toulouse.    


Publications

Bibliographie à télécharger 
 

Publications extraites de HAL affiliées à TRACES : UMR 5608

Informations complémentaires


Membre du comité de rédaction des revues


- Documents d’Archéologie Méridionale (Lattes).


Mise à jour : janvier 2016