Lars ANDERSON

Attaché Temporaire d'Enseignement et de Recherche (ATER)

Coordonnées

Adresse
Laboratoire TRACES UMR 5608 Université Toulouse Jean Jaurès Maison de la Recherche 5, allées Antonio MACHADO 31058 Toulouse Cedex 9
Bureau
F220
Mail
lars.anderson@univ-tlse2.fr

Corps

ATER - Université de Toulouse Jean Jaurès

Discipline(s) enseignée(s)

Enseignements principaux:

  • Licence 1
    • Initiation à la Préhistoire
    • Méthodologie du travail universitaire
  • Licence 2
    • Préhistoire et ethnoarchéologie
    • Méthodes et techniques en archéologie
  • Licence 3
    • Préhistoire : Paléolithique
  • Master 1 et 2
    • Stage d'approfondissement en technologie lithique
    • Séminaires de recherche

Thèmes de recherche

Mots clés : Préhistoire ; Paléolithique supérieur ; Aurignacien ; Technologie lithique ; Transmission ; Apprentissage ; Savoir-faire


L’objectif principal de mes recherches est de comprendre l’organisation socio-économique des premiers groupes d’Homo sapiens en Europe occidentale, à partir de l’étude des industries lithiques de la culture archéologique dite « aurignacienne ». L’Aurignacien marque l’arrivée et l’implantation définitive des sociétés de l’Homme moderne en Europe, il y a environ 42 000 ans, et représente la dernière phase du processus de transition entre le Paléolithique moyen et supérieur – transition qui voit le remplacement et/ou l’assimilation des dernières sociétés néandertaliennes par celles de l’Homme moderne. Pour explorer ce thème, je cherche à confronter les modèles théoriques sur les sociétés de chasseurs-cueilleurs avec les cadres méthodologiques employés en technologie lithique.

 

Ma démarche est fondée sur l’idée qu’un ensemble lithique homogène est la résultante de trois axes de variabilité : 1) les objectifs de production et les différentes manières de les atteindre, dictées par les traditions techniques du groupe ; 2) les contraintes imposées par la matière première ; et 3) la performance des tailleurs, qui est le reflet de l’état physique et psychologique d’un tailleur, de ses capacités innées, et surtout de son habileté, acquise au cours d’un procédé d’apprentissage. La confrontation de ces trois axes nous permet d’explorer la variabilité d’un système technique, son organisation et sa transmission, à deux échelles : celle interne à un système culturel et celle des évolutions diachroniques.

Au sein du site même, je conduis un travail d'analyse spatiale focalisé sur les remontages lithiques, afin de fournir des informations concernant (1) l’intégrité taphonomique de(s) niveau(x) archéologique(s) et éventuellement (2) l’organisation spatiale de la surface occupée. À toutes les échelles de mes analyses et réflexions (inter- et intrasite), je m’appuie fortement sur les modèles ethnoarchéologiques des chasseurs-cueilleurs concernant la mobilité, la fonction des sites, la composition sociologique des occupants et l’organisation interne des activités et des individus dans le campement. J’effectue également des analyses de la littérature ethnologique et ethnoarchéologique pour apporter des modifications ou davantage de précisions aux modèles déjà établis.

Cette démarche est appliquée aux industries lithiques afin de répondre à plusieurs questions concernant l’organisation sociale durant les différentes phases de l’Aurignacien, et plus spécifiquement afin de m’interroger sur les modes et contextes d’apprentissage au cours du début du Paléolithique supérieur. Cet axe de recherche vise à comprendre si de nouvelles formes de transmission des savoirs caractérisent la « modernité comportementale » ; une culture d’apprentissage et de pédagogie aurait pu jouer un rôle important dans la coévolution gènes-culture des humains, expliquant potentiellement notre capacité à accumuler des connaissances, à innover et à transmettre de nouveaux traits culturels à un rythme élevé.

Activités / CV

 
 
Thèse soutenue en 2019 : « Essai de paléosociologie aurignacienne. Gestion des équipements lithiques et transmission des savoir-faire parmi les communautés établies dans le sud de la France » sous la direction de François Bon et Nicolas Teyssandier

Opérations de terrain :

2019-Présent - La grotte de Gatzarria (Ossas-Suhare, Pyrénées-Atlantiques), dir. M. Deschamps, codir. L. Anderson. Codirection, terrain, étude des industries lithiques aurignaciennes.

2017-Présent - Les sites préhistoriques du vallon du ruisseau de Rhodes (Aurignac, Haute-Garonne), dir. M. Lejay, codir. L. Anderson. Codirection, terrain, étude spatiale, étude des industries lithiques.

2016-2019 - La station aurignacienne de plein air de Fromissard (Montech, Tarn-et-Garonne), dir. L. Anderson. Prospections géophysiques en collaboration avec T. Gragson (UGA, États-Unis).

2013-Présent - Régismont-le-Haut (Poilhes, Hérault) dir. F. Bon et R. Mensan. Encadrant, étude de l'industrie lithique, étude spatiale.

2013-Présent – Le Mas d’Azil (Mas d’Azil, Ariège), dir. M. Jarry, L. Bruxelles et F. Bon. Sondages dans niveaux aurignaciens (avec M. Lejay), étude du matériel lithique aurignacien.
Remontage d'un nucléus à grattoirs Caminade du site aurignacien de Brignol (Lot-et-Garonne). Remontages, photographies et DAO par L. Anderson, dessins de grattoirs Caminade par R. Picavet.
Lamelle retouchée de l'Aurignacien ancien, La Tuto de Camalhot (Ariège)


Publications extraites de HAL affiliées à TRACES : UMR 5608

Informations complémentaires


Travaux universitaires


Anderson, L (2019). Essai de paléosociologie aurignacienne. Gestion des équipements lithiques et transmission des savoir-faire parmi les communautés établies dans le sud de la France. Thèse de Doctorat, Université de Toulouse Jean Jaurès, 1263 p.

Anderson, L. (2013). Une enquête sur la variation lamellaire à la Tuto de Camalhot (Ariège). Mémoire de Master 2 de l’université de Toulouse – Le Mirail, ex. multigraph., 71 p. + annexes, 82 fig.


 
Mise à jour : septembre 2020