Travaux et Recherches Archéologiques
sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
UMR 5608 T.R.A.C.E.S

le 27 septembre 2016

couv-violence-guerre-guilaine-2016.JPG

couv-violence-guerre-guilaine-2016.JPG


Violences de guerre, violences de masse


sous la direction de Jean Guilaine et Jacques Sémelin

L’archéologie, par la documentation considérable qu’elle apporte sur l’expérience de la guerre et la réalité de la violence, renouvelle notre compréhension des conflits, depuis la Préhistoire jusqu’à aujourd’hui. Son approche anthropologique a en effet libéré la recherche des contraintes de l’histoire militaire et stratégique, les violences du XXe siècle conduisant la discipline vers de nouveaux enjeux liés à l’expertise médico-légale, à la récupération de la mémoire historique et au droit. Guerres et combats ne sont plus uniquement relatés par les archives des vainqueurs, mais étudiés par l’archéologue en prenant en compte l’ensemble des documents mis au jour : champs de bataille, dépôts d’armes, restes humains, garnisons, camps de prisonniers ou d’internement… La propagande est déconstruite, images et objets sont contextualisés, le cadre économique et social du conflit est restitué, la réalité de la violence collective est analysée. Et les morts peuvent sortir de leur anonymat.
Dans cet ouvrage, qui propose une grande variété d’éclairages sur les violences et les guerres, l’archéologie apparaît ainsi à la fois comme la science de la mémoire matérielle des hommes et comme un instrument au service de la longue histoire du savoir, des techniques et de la diversité culturelle qui fait la richesse de l’humanité.

Paris : Editions La Découverte - Editions INRAP, 2016.
Collection Recherches – 344 p.
ISBN : 9782707190550

 

 

 

Logo Sciences en marche

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page