Travaux et Recherches Archéologiques
sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
UMR 5608 T.R.A.C.E.S

Accueil TRACES > PressBook

Little Foot, l’australopithèque sud-africain, aussi vieux que Lucy ?

Communiqué de presse de l'INRAP

Laurent Bruxelles de l’Inrap co-publie avec Ronald Clarke, Richard Maire, Richard Ortega et Dominic Stratford un article sur la datation de Little Foot (StW 573) par l’analyse stratigraphique (grotte de Silberberg, Sterkfontein, Afrique du Sud) dans Journal of Human Evolution.

Little-salon-noir-LB-INRAP.jpg

Little-salon-noir-LB-INRAP.jpg


Little Foot, l’australopithèque sud-africain, aussi vieux que Lucy ?

Laurent Bruxelles de l’Inrap et membre du laboratoire TRACES co-publie avec Ronald Clarke, Richard Maire, Richard Ortega et Dominic Stratford un article sur la datation de Little Foot (StW 573) par l’analyse stratigraphique (grotte de Silberberg, Sterkfontein, Afrique du Sud) dans Journal of Human Evolution.

Sterkfontein, au nord-ouest de Johannesburg, dans la province du Gauteng fait partie d’une zone inscrite par l’Unesco au patrimoine mondial depuis 1999 sous le nom de « Berceau de l’Humanité ». Depuis sa découverte en 1997 dans la grotte de Silberberg, un squelette, Little Foot, fait l’objet d’une fouille très minutieuse. Repéré dans des circonstances exceptionnelles, cet australopithèque est le plus  complet jamais mis au jour, et constitue un élément unique dans la connaissance des origines de l’Humanité. Si son âge, compris entre 2 et 4 millions d’années, pose toujours question, une équipe de chercheurs français, en collaboration avec l’Université du Witwatersrand (Johannesburg), apporte aujourd’hui d’importants éléments sur sa datation.

Une découverte exceptionnelle

Le 6 septembre 1994, Ronald J. Clarke découvre, dans une boite d’ossements animaux, quatre petits os d’un pied gauche d’hominidé provenant des déblais du réseau de grottes de Sterkfontein. De cette première découverte viendra le nom de Little Foot, donné par P. V. Tobias, en référence au petit pied qu’il venait d’identifier. En mai 1997, dans une nouvelle boite, il reconnaît d’autres fragments provenant du même pied et un fragment d’un tibia droit. Certain qu’il s’agit des ossements d’un même individu, Ron Clarke missionne ses assistants, Stephen Motsumi et Nkwane Molefe, afin de localiser l’ensemble du squelette. Dans cette immense cavité, remplie des déblais de dynamitages miniers successifs, les deux chercheurs, munis d’un moulage de tibia, trouvent, contre toute probabilité, une connexion osseuse dans la roche. Treize années auront été nécessaires à Ron Clarke et à son équipe au dégagement de Little Foot de sa gangue rocheuse, des millions d’années après sa mort.

Lire la suite en téléchargeant le pdf [PDF - 75 Ko]

Lire l'article : Stratigraphic analysis of the Sterkfontein StW 573 Australopithecus skeleton and implications for its age, JHE, vol. 70, May 2014, p. 36-48.
DOI: 10.1016/j.jhevol.2014.02.014



 

 

 





Logo Sciences en marche

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page