Travaux et Recherches Archéologiques
sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
UMR 5608 T.R.A.C.E.S

Accueil TRACES > Equipes et pôles de recherche > PRBM

Membre associé

Wilfrid GALIN

Coordonnées :
Laboratoire TRACES – UMR 5608 Université Toulouse - Jean Jaurès Maison de la Recherche 5, allée Antonio Machado 31058 TOULOUSE Cedex 9
Mél :
wilfrid.galin@ehess.fr
Structure(s) de rattachement :
Equipe PRBM - Préhistoire Récente du Bassin Méditerranéen

Discipline(s)

ARCHEOLOGIE

Fonction

Doctorant

Corps

Ecole des Hautes en Sciences Sociales (EHESS)

Thèmes de recherche

Sujet de thèse : Approche techno-économique aux marges d’un concept : Où est le Chasséen ? (titre provisoire).

Co-directeur Philippe Boissinot, Maître de conférences, EHESS, TRACES
Co-directrice Vanessa Léa, Chargée de recherche au CNRS, TRACES

Le projet de cette thèse relève d’une approche épistémologique d’une part et d’une étude techno-économique d’industries lithiques du Néolithique Moyen chasséen d’autre part. Une redéfinition de cadres théoriques permettra de pointer des axes de recherche précis selon lesquels les assemblages lithiques seront interrogés. A ce jour l’héritage historique de la construction du « Chasséen » pèse encore sur partie des travaux et des tentatives de structuration (qu’elles soient chronologiques ou géographiques). Par ailleurs les imprécisions concernant l’emploi de certains termes ont des conséquences qui transcendent la simple discussion sémantique. Il en résulte un certain flou qui règne sur les tentatives de définition du Chasséen. Quid des termes culture, faciès, identité (culturelle) etc. ? La résolution de ces focus autorisa alors une discussion générale quant à la potentialité des vestiges matériels à offrir des informations sur les entités humaines passés. Les « cultures archéologiques » ou « cultures matérielles » que l’on reconnait permettent elles en effet d’augurer de l’identité de l’ethnonyme auxquelles on les rattache ? Il sera plus particulièrement question de proposer une redéfinition du « Chasséen » en s’appuyant sur des sites de « marge ». La redéfinition du concept de « marge » en préhistoire, qui répond plus à des considérations ethnocentrées ou établies selon l’état des connaissances qu’a une réalité préhistorique permettra de définir le corpus de sites. Ces « marges » constituent une excellente fenêtre d’analyse. Ces régions sont en effet situées à la limite des réseaux de diffusion des silex bédouliens et se caractérisent régulièrement par une forte bipolarité dans les choix techno-typologique et d’approvisionnements. S’éloigner de la « zone nucléaire » pourra peut-être permettre d’offrir une meilleure distinction entre ce qui relève d’une production locale et ce qui est plus « chasséen ».

Activités / CV



Mise à jour novembre 2013

 

 

 

 



Logo Sciences en marche

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page