Travaux et Recherches Archéologiques
sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
UMR 5608 T.R.A.C.E.S

du 4 novembre 2013 au 30 novembre 2013

Suite à la parution de son article dans le Journal of Human Evolution, les travaux de Jean-Marc Pétillon sur les outils paléolithiques en os de grands cétacés font l'objet d'un communiqué en ligne sur le site de l'InEE.

pointe-sagaie-JMP-MAN.jpg

pointe-sagaie-JMP-MAN.jpg


Découverte d’une centaine d’outils paléolithiques
en os de grands cétacés dans les Pyrénées
 
Identifiées par Jean-Marc Pétillon, chargé de recherche du CNRS au laboratoire Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés (TRACES), CNRS/Université Toulouse 2/Ministère de la culture et communication/EHESS/INRAP, ces pointes de sagaie en os de grands cétacés prouvent l’existence d’un mode de vie littoral chez les chasseurs-cueilleurs de la fin du Paléolithique supérieur. Un scénario jusque-là peu étudié, et pour cause : la hausse du niveau de la mer depuis cette période a recouvert toutes les traces d’une possible occupation littorale.

 


On les avait, à tort, classés parmi les outils en bois de renne, tant l’homme préhistorique a longtemps été vu comme un homme de l’intérieur des terres - un homme de steppes, de grottes et de cavités. Mais l’examen attentif des pièces d’une quarantaine de collections, provenant de 23 sites occupés dans les Pyrénées entre - 17 500 et - 15 000, ne laisse pas de doutes : il s’agit bien de pièces en os de grands cétacés, baleines et autres cachalots. « J’ai identifié une centaine de ces outils, qui proviennent de sites répartis entre les Pyrénées-Atlantiques et l’Ariège », annonce Jean-Marc Pétillon, chercheur CNRS. La plus grosse collection est constituée d’une soixantaine de pointes de sagaies en os de cétacés provenant de la grotte d’Isturitz, dans les Pyrénées-Atlantiques, et conservées au Musée d’archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye.

« Cette découverte confirme l’existence d’un mode de vie littoral chez les chasseurs-cueilleurs nomades du Paléolithique supérieur, qui ont, selon toute vraisemblance, utilisé les os de cétacés échoués sur la côte », poursuit le chercheur. Quant à savoir comment ces objets sont arrivés jusqu’en Ariège, la question reste entière : ont-il voyagé avec des nomades venus de la côte atlantique ou sont-ils le résultat d’échanges entre groupes voisins ? Une chose est sûre : ces résultats incitent à réexaminer de près d’autres collections d’objets paléolithiques.

Références
Circulation of whale-bone artifacts in the northern Pyrenees during the Late Upper Paleolithic, publié online le 5 octobre dans Journal of Human Evolution par Jean-Marc Pétillon

Contact chercheur
Jean-Marc Pétillon, Chargé de recherche CNRS au Laboratoire Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés (TRACES), CNRS/Université Toulouse 2/Ministère de la culture et communication/EHESS/INRAP

Tél. : 05 61 50 23 63
E-mail : petillon@univ-tlse2.fr

Contact communication
Stéphanie Delaguette, Laboratoire Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés (TRACES), CNRS/Université Toulouse 2/Ministère de la culture et communication/EHESS/INRAP

Tél. : 05 61 50 36 86
E-mail : delaguette@univ-tlse2.fr

Lien vers le site de l'InEE



 

 

 

Logo Sciences en marche

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page